Welcome Guest: S’enregistrer | Connexion
 
FAQ| Rechercher| Membres| Groupes
 
Türkiye Erdogan ve 2017 referandumu
 
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Armenian on web Index du Forum -> News et articles - Լուրեր, Յօդուածներ - Haber ve makaleler -> News (Archives/Dossiers) - Haberler (Arşiv/Dosya) - Լուրեր (Արխիւ)
Sujet précédent :: Sujet suivant  
Auteur Message
mafilou
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 04 Sep 2006
Messages: 12 746
Point(s): 39 302
Moyenne de points: 3,08

MessagePosté le: Lun 17 Avr 2017 - 01:18
MessageSujet du message: Türkiye Erdogan ve 2017 referandumu
Répondre en citant

Türkiye Erdogan ve 2017 referandumu

Le "oui" à Erdogan le remporte de justesse: la Turquie aura un système présidentiel

16 avril 2017
https://www.rtbf.be/

Le Premier ministre turc Binali Yildrim a annoncé la victoire du "oui" au référendum sur une réforme de la loi fondamentale avec 51,36% (51,20% de oui en Turquie, 58,66% de oui chez les Turcs de l'étranger - chiffres de l'agence officielle Anadolu à 21h55).
Par ce référendum, la Turquie ouvre la voie à un régime concentrant tout le pouvoir dans les mains d'un seul homme, le président, en la personne de Recep Tayyip Erdogan.


La carte des résultats par province - © Anadolu

La carte des résultats ci-contre montre une prédominance du oui dans les régions rurales de l'intérieur de l'Anatolie, et du non à Istanbul, Izmir, Antalya, dans les provinces côtières de l'ouest et du sud ainsi que kurdes, dans l'est du pays.
"Avec ce vote, une nouvelle page de notre démocratie s'est ouverte", a déclaré le chef du gouvernement. "Ce référendum n'a pas de perdant. Le vainqueur, c'est la Turquie". "Maintenant est venu le moment de la solidarité, de l'unité, d'être, tous ensemble, la Turquie", a-t-il ajouté.

Les Turcs de Belgique votent oui à Erdogan
Sur les votes des 2,9 millions de Turcs de l'étranger, le oui l'emporte plus largement à 58,61%. Sur le vote des Turcs de Belgique, le oui culmine à 77,7%
Les bureaux de vote pour le référendum constitutionnel fermaient à 15h dans 32 provinces de l'est ou 16h dans l'ouest du pays (14h ou 15h, heure locale) ce dimanche. Les sondages avaient prédit un résultat au coude à coude.

Une "victoire" pour Erdogan
Recep Tayyip Erdogan qui avait déclaré que ce référendum était un scrutin pour l'avenir de la Turquie a pris les devants dimanche soir en félicitant les dirigeants de son parti AKP, ainsi que ceux des partis nationalistes MHP et BBP pour la "victoire" au référendum.
Les résultats du référendum turc sont "clairs", estime Recep Tayyip Erdogan qui a téléphoné à son Premier ministre, Binali Yildirim, et au chef du MHP favorable au "oui", pour les féliciter de l'issue du référendum et remercier le peuple turc d'avoir exprimé sa volonté.
Selon les résultats officieux, a déclaré le chef du gouvernement, 25 millions de "oui" ont été décomptés avec une avance de 1,3 million sur le "non".
Le dirigeant du MHP, Devlet Bahçeli, a pour sa part qualifié le résultat du vote de "succès incontestable" et estimé que tous les Turcs devraient l'accepter.

Erdogan président au moins jusqu'en 2019
Particulièrement virulente, la campagne pour le référendum a polarisé un pays déjà profondément divisé autour de la figure de Recep Tayyip Erdogan.
Au total, 55,3 millions de Turcs devaient se prononcer sur le projet de révision de la loi fondamentale qui octroierait au président des prérogatives considérablement élargies, qu'aucun dirigeant n'a détenues depuis le fondateur de la République, Mustafa Kemal, et ce neuf mois après avoir échappé à un putsch.
La révision constitutionnelle soumise au vote des Turcs dimanche prévoit le transfert du pouvoir exécutif au président, la suppression de la fonction de Premier ministre, et pourrait permettre à Recep Tayyip Erdogan de rester au pouvoir au moins jusqu'en 2029.
Pour Recep Tayyip Erdogan, 63 ans, cette mesure est nécessaire pour doter la Turquie d'un exécutif fort et stable au moment où le pays affronte des défis économiques et sécuritaires majeurs.
Mais ses détracteurs dénoncent un texte rédigé sur-mesure pour satisfaire les ambitions de Recep Tayyip Erdogan, accusé de dérive autoritaire, notamment depuis la tentative de putsch de juillet.

Irrégularités et contestations
Le principal parti d'opposition, le CHP (Parti républicain du peuple), qui a fait campagne pour le "non", annonce qu'il allait demander un nouveau décompte de jusqu'à 60% des bulletins.
Les organisations de défense des droits de l'homme ont dénoncé des irrégularités en particuliers dans les zones kurdes. L'Association turque des droits de l'homme IHD rapporte que dans cinq provinces des observateurs de l'Association s'étaient vu refuser l'accès aux bureaux de vote, y compris à Istanbul.
Le Conseil électoral supérieur turc (YSK) a annoncé dimanche en plein référendum que les bulletins ne comportant pas le tampon officiel du bureau de vote seraient tout de même valides, suscitant une levée de boucliers de l'opposition.
Le scrutin contenait un bulletin unique marqué d'un sceau officiel, séparé en deux: un côté blanc portant le mot "oui", un brun avec le mot "non". Pour voter, les Turcs devaient marquer le côté qu'ils souhaitaient avec un tampon marqué du mot "Préférence".
Mais dans l'après-midi, le YSK a annoncé, dans une déclaration publiée sur son site, avoir reçu de nombreuses plaintes affirmant que certains électeurs s'étaient vu remettre des bulletins de vote sans tampon officiel.
Il a ainsi été décidé que les bulletins concernés seraient tout de même considérés comme valides, "à moins qu'il y ait des preuves qu'ils aient été apportés de l'extérieur".
_________________
Emeğe saygılı olun, alıntılarınızda link gösterin ...


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
Publicité






MessagePosté le: Lun 17 Avr 2017 - 01:18
MessageSujet du message: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Revenir en haut
mafilou
Administrateur
Administrateur

Hors ligne

Inscrit le: 04 Sep 2006
Messages: 12 746
Point(s): 39 302
Moyenne de points: 3,08

MessagePosté le: Mar 18 Avr 2017 - 01:01
MessageSujet du message: Türkiye Erdogan ve 2017 referandumu
Répondre en citant

MACRON, HAMON, MERKEL... LES PREMIERES REACTIONS (INQUIETES) AU SUCCES (CONTESTE) D'ERDOGAN EN TURQUIE

POINTS DE VUE - Le président Recep Tayyip Erdogan a arraché de justesse un "oui" à la réforme de la Constitution, évoquant une nouvelle fois la possibilité d’un référendum sur le rétablissement de la peine de mort. Qu'en pensent nos hommes politiques en France et, de manière plus globale, dans le monde ?
17 avr 2017
LCI

Après sa courte victoire au référendum de dimanche sur le renforcement de ses pouvoirs, le président turc s'est dit favorable à un nouveau référendum portant sur le rétablissement de la peine de mort en Turquie. Un choix qui signifierait, de fait, l'abandon de la procédure d'adhésion du pays à l'UE et qui suscite des inquiétudes légitimes de la part de l'Union Européenne.
Ainsi, ce lundi, les politiques de tous bords et de tous pays se sont tous exprimés ce lundi matin sur le sujet.
Macron craint un "pouvoir sans partage" et Hamon veut stopper les "provocations"
Invité sur BFMTV, Emmanuel Macron souligne que "le référendum (...) marque une dérive autoritaire de la Turquie (...) Il faut aider les démocrates en Turquie. Il y a des centaines de milliers de voix qui sont contestées dans ce scrutin. Avec ces avancées-là, la peine de mort, l'élargissement des pouvoirs... il est impossible que l'adhésion à l'Union européenne avance. Mais tous les efforts seront faits pour aider ceux qui se battent pour la démocratie, les valeurs des droits de l'Homme et de l'Occident."

Emmanuel Macron
Le référendum turc ne doit pas conduire à un pouvoir sans partage. Élu Président, je tendrai la main à tous les démocrates
Invité de la matinale d'Europe 1, Benoît Hamon appelle, lui, "à engager la désescalade avec la Turquie" avec qui "il y a eu beaucoup d'incidents ces derniers mois".
"Il faut que les relations soient normalisées avec la Turquie, pour autant que le scrutin soit validé", a-t-il développé, soulignant que "la Turquie reste un partenaire avec lequel il faut travailler, ne serait-ce que sur la question des réfugiés, et puis pour la solution politique en Syrie".
Benoît Hamon a cependant jugé que "la question de l'adhésion aujourd'hui de la Turquie à l'Union européenne est largement repoussée, tant l'état d'esprit de M. Erdogan depuis plusieurs mois à l'égard de l'UE est peu coopératif".
"Il y a eu une nouvelle provocation de M. Erdogan hier sur ce point, la volonté de faire un référendum sur la peine de mort", a-t-il relevé, soulignant que le rétablissement de la peine de mort empêcherait de fait l'adhésion à l'Union européenne.

Benoît Hamon
Il faut organiser la désescalade avec la Turquie, M. Erdogan a multiplié les provocations

Merkel a réagi, l'Elysée aussi
La chancelière allemande Angela Merkel a appelé lundi le président turc à chercher "un dialogue respectueux" avec tous les partis politiques après la courte victoire du "oui" au référendum lui accordant des pouvoirs accrus.
"Le gouvernement (allemand) attend que le gouvernement turc, après une campagne électorale dure, cherche maintenant un dialogue respectueux avec toutes les forces politiques et dans la société", a souligné la chancelière dans une déclaration conjointe avec son ministre des Affaires étrangères, Sigmar Gabriel.
Le gouvernement allemand "respecte la droit des Turcs et des Turques de décider de leur Constitution", ajoute-t-elle, tout en soulignant que "le résultat serré montre à quel point la société turque est profondément divisée".
Cela signifie une grande responsabilité pour les dirigeants turcs et pour le président Erdogan personnellement", poursuit-elle alors que le chef de l'Etat turc a mené une violente campagne verbale contre les dirigeants allemands après l'interdiction de meetings électoraux pro-Erdogan en Allemagne.
Pour l'Élysée, un référendum sur la peine de mort en Turquie constituerait "une rupture avec les valeurs" européennes. "Les valeurs et les engagements pris dans le cadre du Conseil de l'Europe devraient conduire les autorités turques à conduire un dialogue libre et sincère avec toutes les composantes de la vie politique et sociale, poursuit le communiqué de la présidence française. L'organisation d'un référendum sur la peine de mort constituerait évidemment une rupture avec ces valeurs et ces engagements".
_________________
Emeğe saygılı olun, alıntılarınızda link gösterin ...


Revenir en haut
Visiter le site web du posteur
guest
Super Membre
Super Membre

Hors ligne

Inscrit le: 10 Avr 2011
Messages: 748
Point(s): 1 992
Moyenne de points: 2,66

MessagePosté le: Jeu 20 Avr 2017 - 07:23
MessageSujet du message: Türkiye Erdogan ve 2017 referandumu
Répondre en citant



http://www.sozcu.com.tr/2017/gundem/iste-referandum-sonrasi-ilk-anket-sonuclari-1805156/



http://www.sozcu.com.tr/2017/gundem/yskdaki-tek-muhalif-1805369/



http://www.sozcu.com.tr/2017/gundem/ysk-anayasal-sisteme-karsi-sessiz-darbe-gerceklestirdi-1805188/



http://www.sozcu.com.tr/2017/gundem/chpli-ince-kimse-oldubittiye-boyun-egmemizi-bekleyemez-1804973/


Revenir en haut
Contenu Sponsorisé






MessagePosté le: Aujourd’hui à 04:45
MessageSujet du message: Türkiye Erdogan ve 2017 referandumu

Revenir en haut
Montrer les messages depuis:   
Armenian on web Index du Forum -> News et articles - Լուրեր, Յօդուածներ - Haber ve makaleler -> News (Archives/Dossiers) - Haberler (Arşiv/Dosya) - Լուրեր (Արխիւ) Toutes les heures sont au format GMT + 1 Heure
Poster un nouveau sujet   Répondre au sujet
Page 1 sur 1
Sauter vers:  

 



Portail | Index | Créer un forum | Forum gratuit d’entraide | Annuaire des forums gratuits | Signaler une violation | Conditions générales d'utilisation
phpBB
Template by BMan1
Traduction par : phpBB-fr.com