Welcome Guest: Register | Log in
 
FAQ| Search| Memberlist| Usergroups
 
Fransa ve Ermeni Toplumu
 
Post new topic   Reply to topic
Armenian on web Forum Index -> News et articles - Լուրեր, Յօդուածներ - Haber ve makaleler -> Diaspora arménien - Սփիւռք - Ermeni diasporası Goto page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
Previous topic :: Next topic  
Author Message
mafilou



Joined: 04 Sep 2006
Posts: 14,968

PostPosted: Wed 25 Apr 2018 - 23:54
PostPost subject: Fransa ve Ermeni Toplumu
Reply with quote

Previous post review:

Ermenistan hükümet buhrani Fransa Ermenilerini de etkiliyor...

Lettre ouverte adressée à l’ensemble des membres du CCAF et de la communauté arménienne de France :

Mourad Papazian, membre du Comité Central de la FRA Dachnaktsoutioun, doit démissionner du poste de Président du CCAF.
La révolution de velours qui a lieu actuellement en Arménie après le maintien au pouvoir de Serj Sarkissian a abouti à la démission de celui-ci du poste de Premier Ministre, et les actions pacifiques continuent pour réclamer des élections législatives anticipées.
Cette révolution de velours qui a déjà changé le cours de l’histoire récente de la République d’Arménie est née d’un mouvement spontané, massif et populaire.
Elle est une expression d’émancipation du peuple arménien vis-à-vis d’un pouvoir établi.
Elle est l’expression sincère, profonde, inattendue, porteur d’espoir, d’une volonté de changement en Arménie.
Le « Conseil suprême » de la FRA Dachnaktsoutioun a déclaré le 15 avril dernier soutenir la nomination de Serge Sarkissian au poste de Premier Ministre.
Toujours selon cette même déclaration, le « Conseil suprême » fait état de la confiance du public dans le gouvernement.
Ceux qui ont soutenu le maintien au pouvoir de Serj Sarkissian après 10 ans de mandat en tant que président de la République ne peuvent pas prétendre aujourd’hui parler au nom du peuple. Le peuple a parlé, et il l’a fait de manière pacifique, en rejetant ce qui leur avait été imposé. La constitution d’Arménie est faite pour le peuple et pas pour un seul homme.
Ce qui se passe actuellement en Arménie doit nous inspirer ici en France et ailleurs.
Le CCAF est un système fermé d’associations ou la pluralité et la démocratie ne s’expriment pas ou très peu. Ses membres l’ont acté depuis très longtemps et ont tenté d’en changer les statuts pour introduire un système ouvert aux individus avec un système électoral pour choisir ses membres dirigeants. Le CCAF Paris a validé ces changements de statuts, le CCAF Centre-Lyon a validé ces changements de statuts, et le CCAF Sud Marseille ne l’a pas fait expliquant ainsi la mise « entre parenthèse » de ce projet novateur et fédérateur.
Depuis, le CCAF est resté ce qu’il était, c’est-à-dire une structure ou le consensus règne à défaut d’une gouvernance légitime pour parler au nom de la communauté arménienne.
Le consensus est même poussé jusqu’à une co-présidence, ce qui n’est en rien conforme au statut du CCAF. Or Mourad Papazian ne fait plus consensus, en tout cas pas pour le parti HENTCHAKIAN, membre fondateur du CCAF.
Mourad Papazian représente un parti politique qui a même déclaré en Arménie, par la voix d’Armen Roustamian, le 16 avril dernier, être contre la présence des gens dans la rue et le blocage des axes.
La Diaspora arménienne a bien évolué ces 20 dernières années avec l’arrivée d’Arméniens venus d’Arménie. Or cette composante qui vit au rythme de l’Arménie, qui a de la famille en Arménie, qui envoie de l’argent en Arménie, qui a quitté l’Arménie pour fuir la misère mais aussi pour quitter un système qu’ils jugent injuste et arbitraire, n’est absolument pas prise en compte au sein du CCAF.
Cette composante est à l’image du peuple d’Arménie, elle s’exprime massivement contre le pouvoir établi à la fois en Arménie, et c’est leur droit le plus total, et à la fois en France où ils vivent.
D’autres composantes de la Diaspora établie s’exprime également contre le pouvoir en Arménie, au nom de la solidarité avec le peuple d’Arménie, et ils s’expriment aussi contre le CCAF, contre ses orientations politiques, ses actions et sa gouvernance. Et ils sont de plus en plus nombreux à s’exprimer en ce sens.
Toutes ces composantes sont totalement absentes du CCAF.
C’est pourquoi, au nom de la « sacro-sainte Unité », qui jusqu’à aujourd’hui n’est qu’une façade derrière laquelle nous cachons nos problèmes internes, nous demandons l’ouverture de consultations immédiates au sein du CCAF pour :
1/ La démission de Mourad Papazian
2/ La mise en place de nouvelles élections pour élire des personnes indépendantes du pouvoir en Arménie et qui peuvent faire consensus.
3/ Ces personnes élues auraient un mandat provisoire pour mettre en place des modifications de statuts du CCAF de manière simple, pratique et qui feraient l’objet, là encore, d’un consensus.
Pour nous il n’y a pas d’autres alternatives, pour permettre autant que faire se peut, dans le contexte actuel, l’expression de la démocratie et de la pluralité des différentes sensibilités de la communauté.
Les attentes sont fortes ! Un espoir de changement est né en Arménie, donnons aussi à la Diaspora un espoir de changement.

Le 25/04/2018,
NAZARPEK Jeunesse HENTCHAKIAN
GAIDZ – Nor Serount Association Culturelle
HOMENMEN France
Parti Social-Démocrate HENTCHAKIAN
Back to top
Publicité






PostPosted: Wed 25 Apr 2018 - 23:54
PostPost subject: Publicité

PublicitéSupprimer les publicités ?
Back to top
mafilou
Administrateur
Administrateur

Offline

Joined: 04 Sep 2006
Posts: 14,968
Point(s): 45,117
Moyenne de points: 3.01

PostPosted: Thu 6 Sep 2018 - 19:35
PostPost subject: Fransa ve Ermeni Toplumu
Reply with quote

Cevap biraz geç oldu....

Nereye iltica, Türkiye'ye mi Fransaya mi ?
_________________
Emeğe saygılı olun, alıntılarınızda link gösterin ...


Back to top
azad
V.I.P.
V.I.P.

Offline

Joined: 06 Sep 2006
Posts: 1,001
Point(s): 2,915
Moyenne de points: 2.91

PostPosted: Sat 6 Oct 2018 - 19:09
PostPost subject: Fransa ve Ermeni Toplumu
Reply with quote

05 Ekim 2018

Marsilya’da konser salonuna Aznavour'un ismi verilecek



Fransa’nın Marsilya ve Issy-les-Moulineaux şehirlerindeki konser salonlarına ünlü Fıransız Ermeni şarkıcı Charles Aznavour ismi verilecek.

Issy-les-Moulineaux Belediye Meclisi, ‘‘Palais de Congrès’’ konser solonuna Aznavou'un ismiyle adlandırma kararı aldı. Oy birliğiyle  kabul edilen tasarı belediye Başkan Yardımcısı Arthur Khanjyan tarafından sunuldu. 
 
Marsilya’da ise “Silo” konser salonua Aznavour'un adını verilmesi kararlaştırıldı. Belediye Başkan Jean-Claude Gaudin tarafından kabul edilen önerinin Marsilya Belediye Başkan Yardımcısı Didier Parakian tarafından sunulduğu bildirildi. 
 
Kaynak:   Ermenihaber.am




 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 
 

_________________

Karanlık aydınlıktan, yalan gerçekten kaçar, Güneş yanlız olsada etrafa ışık saçar,üzülme doğruların kaderidir yanlızlık, kargalar sürüyle, kartallar yanlız uçar.


Back to top
mafilou
Administrateur
Administrateur

Offline

Joined: 04 Sep 2006
Posts: 14,968
Point(s): 45,117
Moyenne de points: 3.01

PostPosted: Wed 30 Jan 2019 - 01:59
PostPost subject: Fransa ve Ermeni Toplumu
Reply with quote

Quatre personnes arrêtées à Sèvres dans l’attaque du collège arménien



Le Collège arménien Samuel Moorat de Sèvres, en France, a été attaqué par un gang organisé le 2 janvier a annoncé le Vartabed Haroutiun Bezdikian à la radio publique arménienne précisant que quatre suspects avaient été arrêtés.
La bande a pénétré de force dans les trois bâtiments centraux du collège et a cassé les portes et les fenêtres des 24 chambres du bâtiment avec des tiges de métal et des pierres.
Les activités de l’école qui fonctionne sous les auspices de la congrégation Mekhitariste sont actuellement temporairement interrompues en raison de travaux de rénovation.

10 janvier 2019
armenews.com
_________________
Emeğe saygılı olun, alıntılarınızda link gösterin ...


Back to top
mafilou
Administrateur
Administrateur

Offline

Joined: 04 Sep 2006
Posts: 14,968
Point(s): 45,117
Moyenne de points: 3.01

PostPosted: Fri 8 Feb 2019 - 04:01
PostPost subject: Fransa ve Ermeni Toplumu
Reply with quote

Issy-les-Moulineaux, village arménien depuis 1920

Marjorie Lenhardt
06 février 2019


Issy-les-Moulineaux, mercredi 6 février 2019. Stéphane Aslanian est le président de l’école arménienne, fondée en 1996, qui compte aujourd’hui 105 enfants.LP/Marjorie Lenhardt

La communauté, deuxième plus importante d’Ile-de-France après Alfortville dans le Val-de-Marne, se réjouit d’une journée nationale de commémoration du génocide arménien annoncée mardi par le président de la République.
Dressée discrètement sur les hauteurs d’Issy-les-Moulineaux, l’école primaire arménienne Hamaskaïne-Tarkmantchatz accueille aujourd’hui 105 élèves. Ce sont pour la plupart les arrières arrières petits enfants d’Arméniens venus se réfugier en France après le génocide perpétré à partir d’avril 1915.
Ici, la communauté est présente depuis cinq générations, et compte entre 6 000 et 6 500 personnes. Ce qui en fait l’une des communautés arméniennes les plus importantes d’Ile-de-France, avec Alfortville (Val-de-Marne). Alors l’annonce, mardi soir par Emmanuel Macron, de la création d’une journée nationale de commémoration du génocide arménien, le 24 avril, réjouit ce véritable village dans la ville.
« Ici la communauté Arménienne est très active et soudée, commente le père Avedis Balekiann, à la tête de l’Eglise apostolique depuis dix ans. Elle salue la décision d’Emmanuel Macron qui a touché le cœur de tous les compatriotes ».


Issy-les-Moulineaux, mercredi 6 février 2019. Le père Avedis Balekian est l’archiprêtre de l’église apostolique arménienne qui compte pas moins de 25 000 fidèles. LP/Marjorie Lenhardt

Un « message fort aux négationnistes »
Pour le président de l’école bilingue des Hauts d’Issy, c’est aussi une décision très positive : « Cela nous valorise en tant que Français, et c’est un message fort aux négationnistes de tous bords », réagit Stéphane Aslanian, 56 ans. Son grand-père est arrivé à Issy-les-Moulineaux en 1923, avec un groupe de 10 000 Arméniens dirigés directement par les autorités françaises. A cette époque là, il n’était pas question de devoir de mémoire, mais d’intégration avant tout.
D’après la sociologue isséenne Martine Hovanessian, « c’est entre 1920 et 1936 que les besoins en main-d’œuvre des industries lourdes ont canalisé l’afflux des réfugiés arméniens vers Issy-les-Moulineaux »*. Ils travaillaient à la cartoucherie Gévelot, chez Renault, Citroën, aux peintures Lefranc et dans la société Chausson.
Au départ, ils s’installent surtout sur l’île Saint-Germain
Comme de nombreux Arméniens arrivés dans ces années-là, le grand-père de Stéphane s’est installé rue de la Défense, à deux rues de l’école. Mais la plupart vivaient d’abord sur l’île Saint-Germain dans des maisons souvent insalubres.
Dans les années 1930, avec la crise, ces ouvriers se sont pour beaucoup reconvertis dans le commerce de textile et de cordonnerie, ce qui a contribué à leur enrichissement.
A partir de là, ils ont commencé à construire de petits pavillons sur les hauteurs de la ville et près de la gare de Clamart. En 1973, ils font construire une Eglise apostolique qui compte aujourd’hui 25 000 fidèles, puis une Eglise évangélique en 1978, dans la même rue.
« C’est un véritable quartier arménien qui s’est formé et qui reconstitue un village avec son église, son école et des associations, souligne André Santini, maire (UDI), particulièrement fier de la bonne intégration de cette communauté dans la ville.

Un village qui draîne 30 000 personnes
Aujourd’hui, il existe 12 structures, dont la maison de la culture arménienne et l’association de la Croix Bleue de France. Des points d’animation qui draînent « pas moins de 30 000 Altoséquanais d’origine arménienne », estime l’adjoint en charge de la communauté arménienne, Arthur Khandjian. « Pour moi, c’est même la communauté la plus importante de France pour son activisme, ses instances religieuses et son école », insiste-t-il.
L’école et l’Eglise constituent en effet les deux piliers de la communauté, autour desquelles gravitent les associations et les habitants. Lorsque l’école a été fondée en 1996, notamment par le père de l’actuel président, elle répondait au besoin d’une communauté grandissante avec les nouvelles vagues d’immigrations dans les années 1980. « Moi je suis arrivé en 1982 de Turquie, et mes trois enfants ont été scolarisés dans cette école », raconte Yervant, 55 ans, de la petite épicerie arménienne située à Clamart, tout près de l’école.


Clamart, mercredi 6 février. L’épicerie arménienne de Yervant Sabundjian est implantée depuis 1986 et propose de nombreux produits traditionnels. LP/Marjorie Lenhardt
« Il y avait un réflexe communautaire au départ. Mais aujourd’hui, on a une nouvelle génération de jeunes parents qui font le choix de se rapprocher d’Issy pour inscrire exprès leurs enfants à l’école dans un souci d’excellence car les classes sont petites et il y a très peu d’absentéisme de professeurs. Mais aussi pour le lien avec la langue », expose Stéphane Aslanian.
A la rentrée dernière, les inscriptions ont bondi de 30 % par rapport à la précédente.

*« Soixante ans de présence arménienne en région parisienne, le cas d’Issy-les-Moulineaux ». Article paru en 1988 dans la Revue européenne des migrations internationales.

leparisien.fr/hauts-de-seine-92/issy-les-moulineaux-village-armenien-depuis-1920-06-02-2019-8006121.php
_________________
Emeğe saygılı olun, alıntılarınızda link gösterin ...


Back to top
vart
Membre
Membre

Offline

Joined: 10 Dec 2006
Posts: 36
Point(s): 98
Moyenne de points: 2.72

PostPosted: Tue 18 Jun 2019 - 17:22
PostPost subject: Fransa ve Ermeni Toplumu
Reply with quote

Margny-lès -Compiègne le 15 Juin 2019 ANACRA Inauguration d'une stèle du souvenir à la mémoire et en hommage aux déportés Arméniens de 1939-1945





(A. C.)


Back to top
mafilou
Administrateur
Administrateur

Offline

Joined: 04 Sep 2006
Posts: 14,968
Point(s): 45,117
Moyenne de points: 3.01

PostPosted: Fri 21 Jun 2019 - 23:39
PostPost subject: Fransa ve Ermeni Toplumu
Reply with quote

Paris’in Chaville semtide CHARLES AZNAVOUR Meydanı

Bugün Ermenistan Cumhuriyeti Olağanüstü Büyükelçisi ve Ermenistan Cumhuriyeti'nin Yetkili Temsilcisi Hasmik Tolmajian Paris’in Chaville semtide CHARLES AZNAVOUR Meydanı açılışını gerçekleştirdi. (A. S. /H.)






_________________
Emeğe saygılı olun, alıntılarınızda link gösterin ...


Back to top
mafilou
Administrateur
Administrateur

Offline

Joined: 04 Sep 2006
Posts: 14,968
Point(s): 45,117
Moyenne de points: 3.01

PostPosted: Thu 18 Jul 2019 - 23:39
PostPost subject: Fransa ve Ermeni Toplumu
Reply with quote

A Clamart, il n’y a plus de maille à se faire dans le tricot

Par Rico Rizzitelli
16 juillet 2019


Dans l’un des derniers ateliers textile encore en activité à Clamart, en avril. Photo Vincent Leloup. Divergence

Dans les Hauts-de-Seine, la tradition des tricoteurs arméniens qui fabriquaient près de la moitié des pull-overs français au milieu des années 80 s’éteint. Les derniers artisans encore en activité racontent ce «savoir perdu à jamais».

A Clamart, il n’y a plus de maille à se faire dans le tricot

Des ateliers presque vides qui tournent au ralenti, des employés qui s’ébrouent autour des machines à tisser pour tromper l’ennui. Le savoir-faire des tricoteurs arméniens de Clamart (Hauts-de-Seine), vieux de quatre-vingts ans, vit ses ultimes heures. Ces derniers se savent condamnés. Pierre Kodjabeykian, la cinquantaine finissante, en compagnie de sa femme, Tamar, styliste : «Ça fait longtemps qu’on sait qu’on va mettre la clé sous la porte. On a commencé à en être sûrs en 2011, 2012, certains qu’il n’y aurait pas de retour. J’ai licencié tout mon personnel et là, on continue tous les deux à bricoler.» Tricots Kodja, l’entreprise familiale, a vu le jour juste après la Seconde Guerre mondiale.
«Mon grand-père a acheté une épicerie avant le conflit et dans la cave, ils ont commencé à faire un peu de textile. Il a attendu que mon père termine l’armée en 1947 pour développer le tricot avec des machines un peu plus automatiques. Ils ont débuté avec deux boxes dans une cour et ils ont poussé les murs. En 1955, ils avaient sept ou huit machines et ils sortaient deux à trois cents pulls par jour, destinés aux grossistes du Sentier», détaille-t-il. Le modèle, né à la fin des années 20 à Issy-les-Moulineaux, une ville voisine, a fait école et a prospéré plus de trente ans plus tard. En 1985, les entrepreneurs isséens et clamartois issus de la communauté arménienne produisaient près de 40 % des pull-overs du territoire français, via une centaine de fabricants et 250 sous-traitants en 1985. Aujourd’hui «il en reste cinq ou six et bientôt plus un seul»,rapporte Jean-Marc Baratian, patron de Tricots Jean-Marc, qui approche de la retraite.

«Années d’or» 

Après le génocide perpétré en Turquieentre 1915 et 1916, des milliers d’Arméniens arrivent en France au début des années 20. Beaucoup stationnent puis s’installent à Marseille. D’autres remontent le sillon rhodanien et s’arrêtent à Valence (Drôme), Décines (Rhône), voire en région parisienne, à Arnouville (Val-d’Oise), Alfortville (Val-de-Marne) ou Issy-les-Moulineaux, au gré du travail disponible. Au sortir de la Grande Guerre, les manufactures ont besoin de main-d’œuvre, comme à la cartoucherie Gévelot à Issy ou aux usines Renault à Boulogne-Billancourt. Les Arméniens qui y travaillent sont confinés sur l’île Saint-Germain, une ancienne friche militaire devenue un bidonville qui ne dit pas son nom. «Un habitat spontané de planches et de papier goudronné», euphémise l’anthropologue Martine Hovanessian (1). Au milieu d’une cinquantaine de baraquements, il n’y a pas de trottoirs et les rues ne sont qu’un amas de boue. Bien vite, certains ouvriers vont quitter l’usine et s’orienter vers l’artisanat et le commerce pour se mettre à leur compte. Après-guerre, d’autres s’orientent vers l’industrie textile et la maille. La deuxième génération veut renouer avec un artisanat familial et en finir avec l’isolement ressenti à l’usine.
Stéphane Aslanian, qui a longtemps œuvré dans l’entreprise familiale et qui travaille aujourd’hui dans le textile à l’étranger : «Quelques familles ont joué un rôle de pionnières dans les années 30, 40. Ensuite, ça a suivi, c’est devenu tribal. Ils ont agrandi, d’autres fabricants sont arrivés et plein de façonniers et de sous-traitants sont venus se greffer autour.»


«A l’apogée, on pouvait sortir jusqu’à 100 000 pulls par jour.» Photo Vincent Leloup. Divergence

De petites unités industrielles commencent à pulluler également à Clamart dans les années 60 car il n’y a plus trop de place à Issy-les-Moulineaux. Le moindre petit recoin d’un garage, sous-sol ou grenier est accaparé pour y mettre une ou deux machines. «Les ateliers traditionnels se sont multipliés au début des années 70, favorisés par de nouveaux métiers à tisser, résume Aslanian. La communauté arménienne d’Issy et de Clamart a pris la place des grandes entreprises du Nord, qui sont alors frappées d’obsolescence. Elle s’articule autour de petits artisans qui travaillent pour des grossistes en textile parisiens, principalement le Sentier. La demande est telle que certains sous-traitants se transforment en fabricants.»

Cet entrelacs de micro-entreprises et de PME confère alors aux tricoteurs des Hauts-de-Seine de la souplesse et de la rapidité, comme l’exigent les grossistes puis, plus tard, les centrales d’achat. Le fabricant s’occupe du tissage, de la coupe, et donne l’assemblage au sous-traitant. Au retour, il procède au repassage et à l’emballage. Ils allègent même les charges qui pèsent sur le Sentier en travaillant si rapidement que les grossistes n’ont pas besoin de constituer de stocks. 

Chez les sous-traitants, la concurrence fait rage. Ces petites unités permettent aux fabricants de limiter leur personnel (et donc les charges) et on y travaille parfois au noir pour limiter les coûts.
«A Clamart, l’apogée du textile se situe entre 1975 et 1985. On pouvait sortir jusqu’à 100 000 pulls par jour», assure Pierre Kodjabeykian. Mais difficile de généraliser, tant chaque tricoteur vit sa propre histoire. Les Tricots Kodja ont connu leurs «meilleures années entre 1985 et 2005»,de l’aveu même de son patron. Jean-Marc Baratian a déploré «l’arrivée des sweat-shirts au début des années 80», avant de concéder qu’il a eu«des années d’or entre 1984 et 1995». Alexandre Agopoglu, 48 ans, gérant de Maille Emma, a débuté en 1994. «Quand j’arrive, c’est déjà la fin», sourit-il. Grâce à des machines sophistiquées à commande numérique («qui valaient limite trois pavillons»), il fabrique des produits sophistiqués (bustiers, pulls avec manches tricotées d’un bloc). Il travaille avec la marque Morgan et quelques centrales d’achat. Ses 200 000 pièces annuelles lui suffisent pour s’en sortir, jusqu’en 2003…
A partir de la fin des années 80, mondialisation oblige, les temps changent. La concurrence se fait plus féroce. D’abord venue d’Italie, puis du pourtour méditerranéen et enfin des pays de l’Est. «En 1989, ça a été l’hécatombe. Il y a eu une autre crise en 1995. Beaucoup n’ont pas compris qu’il fallait produire moins», témoigne Agopoglu. «Après 1985, beaucoup ont mal géré, ils n’avaient pas les bons produits. Il y a eu une sélection naturelle», abonde Kodjabeykian. «A partir de 1990, les grands acheteurs se sont tournés vers l’étranger. D’abord au Maghreb et en Turquie, ensuite à l’Est, et enfin en Asie. L’Inde et la Chine sont devenues l’usine du monde. Elles ont investi, formé des gens et ont pris tous les gros marchés», prolonge Jean-Marc Baratian, entré dans l’entreprise familiale (24 salariés à son acmé en 2006) en 1979, dont il a pris les rênes huit ans plus tard.
Les vagues de licenciements et de faillites se succèdent : 1997-1998, 2002-2004, 2010-2012. Pire, en 2001, la Chine intègre l’Organisation mondiale du commerce. Dès cette adhésion et conformément à l’accord sur le textile et les vêtements, on lève les quotas à l’importation. «Cela a tué la filière en France, déplore Agopoglu. Elle représentait 500 000 emplois il y a vingt-cinq ans, contre 50 000 aujourd’hui. En 2003, je vendais 100 000 pulls à Morgan. Ils ont été rachetés par un fonds de pension qui a voulu tout d’un coup marger toujours plus. On a tenté de suivre mais ils ont fini par travailler avec des Chinois. On est passés de 100 000 à zéro et de 30 employés à 1 : moi.»


A Clamart. Photo Vincent Leloup. Divergence

En France, à partir des années 2000, les grossistes chinois ont peu à peu remplacé le Sentier. Ils se sont installés à Aubervilliers (Seine-Saint-Denis) où ils ventilent textile, jouets et papier. «Le déclin est imputable à la levée des quotas, mais aussi au super-développement des centrales d’achat. La distribution a peu à peu changé de mains. Les petits magasins disparaissent des centres-villes et il a commencé à pleuvoir des chaînes de magasins. Une acheteuse sélectionne un modèle pour cent magasins. Ça a l’air d’être futile la mode, mais c’est un métier. Ils l’ont tiré vers le bas. Les magasins ont tous la même chose, c’est dégradé, plus de look, plus de couleurs», tonne Tamar Kodjabeykian.
«C’est inéluctable»
Au fil du temps, les confectionneurs se sont fait une raison. Leurs enfants ne reprendront pas l’entreprise familiale et ils s’en réjouissent. «Quand on a senti le vent tourner, nos enfants avaient 15, 16 ans. On les a poussés à faire des études. Ils sont dans la finance, rien à voir avec le textile», affirme Pierre Kodjabeykian. La fille de Jean-Marc Baratian, elle, travaille dans la communication pour Merci, après un passage chez Zadig & Voltaire. «Mon père disait que tant que le boulot est là, il faut le prendre ; après, il n’y en aura peut-être plus. On y est», dit ce dernier, qui évoque la possibilité d’arrêter dans six mois.
Plus jeune que ses collègues, Alexandre Agopoglu sait qu’il devra encore bosser une grosse quinzaine d’années. En attendant, il s’envisage comme«le dernier tricoteur de Clamart», là où il y en avait 3 000 il y a trente-cinq ans. «Jusqu’à il y a trois, quatre ans, il y en a qui espéraient faire de vieux os là-dedans. Là, il n’y a plus rien à gérer. On bricole tous les deux. C’est un savoir perdu à jamais, on ne l’a transmis à personne»,raconte Tamar Kodjabeykian, sans acrimonie. De par son métier peut-être, Stéphane Aslanian a appris à théoriser et livre une conclusion singulière à cette épopée qui aura duré près de quatre-vingts ans : «On a manqué de réflexion sur l’industrie de demain. C’est inéluctable, c’est le capitalisme. Ça va permettre de désenclaver cet effet communautaire. Les parents vont pousser leurs enfants à l’école. On a déjà une génération de cadres sup bien intégrés.»

(1) Dans le Lien communautaire : trois générations d’Arméniens, Armand Collin, 1992.

Rico Rizzitelli
_________________
Emeğe saygılı olun, alıntılarınızda link gösterin ...


Back to top
hwjer
Modérateur
Modérateur

Online

Joined: 01 Sep 2006
Posts: 379
team-aow.discuforum.
Point(s): 1,435
Moyenne de points: 3.79

PostPosted: Wed 22 Jan 2020 - 03:19
PostPost subject: Fransa ve Ermeni Toplumu
Reply with quote

21 Ocak 2020

Fransa'lı Ermeni kadın siyasetçi, Strasburg Belediye Başkanı seçilebilir



Fransa’lı Ermeni çevreci ve siyasetçi Janna Barseghyan, Strasburg Belediye Başkanı seçimlerinde aday gösterildi. 
Paris bölgesinde dünyaya gelen Barseghyan, 2002 yılından beri Strasburg’a taşınarak Fransız ve Alman hukuku okudu, avukat oldu. Çevreci aktivist olarak birtakım projelere katılmış olan Ermeni genç kadının, Avrupa’nın başkenti sayılan Strasburg Beledeiyesi Başkanı olarak seçilme şanslarının büyük olduğu bildiriliyor. 
Janna Barseghyan, ekoturizm, çevre koruma ve geri dönüşüm alanında gerçekleştirilen birtakım projeler kapsamında Ermenistan ile de işbirliği yapıyor. 


Kaynak:   Ermenihaber.am
_________________


Back to top
Visit poster’s website
azad
V.I.P.
V.I.P.

Offline

Joined: 06 Sep 2006
Posts: 1,001
Point(s): 2,915
Moyenne de points: 2.91

PostPosted: Wed 22 Jan 2020 - 23:35
PostPost subject: Fransa ve Ermeni Toplumu
Reply with quote

La FRA d’Issy-les-Moulineaux réunit la communauté

22 janvier 2020

https://haiastan.fr/?p=1176

Le journal Haiastan était présent, le 18 janvier 2020, à la soirée de présentation des voeux de la FRA Tashnagtsoutioun d’Issy-les-Moulineaux / Clamart à l’Initial Café (Boulogne-Billancourt).
La section Simon Zavarian de la FRA à Issy-les-Moulineaux a rassemblé pour cette soirée ses membres, de nombreux sympathisants, ainsi que la jeunesse de son parti, le Nor Seround, autour d’un dîner. L’occasion pour elle de présenter ses voeux pour l’année 2020 à la communauté arménienne d’Issy-les-Moulineaux et de Clamart.
Jules Boyadjian, président du Comité de Défense de la Cause Arménienne (CDCA), a inauguré la soirée en présentant notamment Florence Provendier, députée de la 10° circonscription des Hauts-De-Seine (Issy-les-Moulineaux et Vanves), qui était présente au dîner. Etaient également invités, mais ont été excusés pour leur absence Gabriel Attal, Secrétaire d’Etat au Ministère de l’Education et Arthur Khandjian, Maire Adjoint délégué à la communauté arménienne de la ville d’Issy-les-Moulineaux.
Florent Divardjian a ensuite pris la parole au nom de la FRA Tashnagtsoutioun. Ce jeune membre de la FRA a parlé de son engagement au parti, après avoir successivement fréquenté la colonie de Bellefontaine et l’association sportive Homenetmen dont le slogan « partsatsir partsratsour », se rapproche dans l’idée du fameux « réussir pour servir ».
Il a abordé l’actualité en Arménie et démonté les hostilités envers la FRA, notamment pointée du doigt pour s’être temporairement ralliée à la coalition gouvernementale, après des années d’opposition au pouvoir en place – en vain – et dans le but d’essayer de faire avancer les choses « de l’intérieur ». Il en profite pour réfuter la dualité du Tashnagtsoutioun et réitère, au nom de sa section et de son parti, son soutien à la résistance en Arménie contre les reformes de l’éducation nationale visant entre autres à rendre optionnel l’apprentissage de l’histoire arménienne dans les études supérieures.
Il a également abordé le sujet de l’Artsakh et de l’équilibre qui reste très instable dans la région, en faisant l’une des priorités du parti, parmi les combats qu’il mène au nom de notre cause juste.
Ensuite, c’est la députée Florence Provendier qui s’est exprimée, pour rappeler qu’elle était aux côtés des Arméniens lors de la première commémoration nationale du génocide des Arméniens, le 24 avril 2019. Elle s’engage à rester un allié et un appui de cette cause.
Plus tard, c’est Sacha Vaytet qui prendra la parole, au nom de la FRA Nor Seround. Il rappellera que l’année 2020 sera l’occasion de fêter les 130 ans du parti, les 75 ans de l’association de jeunesse, ainsi que les 80 ans de son organe de presse Haïastan. Depuis 1945, le Nor Seround est une organisation qui œuvre pour la sauvegarde de la culture et la langue arménienne et milite pour la Cause.
Sacha Vaytet, président de la FRA Nor Seround
Le Nor Seround multiplie également les actions en Arménie, dans l’objectif de renforcer les liens noués entre le pays et la diaspora. Depuis une dizaine d’années, l’organisation met en place le Projet Yerguir qui consiste à s’occuper d’enfants en Arménie et en Artsakh pendant les vacances scolaires.
Il ajoute que la Section Arthur Meguerdichian d’Issy-les-Moulineaux travaille parallèlement sur le projet de création d’une association d’étudiants français d’origine arménienne.
La section souhaite également encourager les jeunes à passer au vote à l’occasion des législatives du mois de mars, en les sensibilisant aux enjeux et engrenages de la politique.
Pour finir, il a réitèré le soutien du Nor Seround à la FRA et à ses aînés.
L’organisation de jeunesse s’associe au parti pour présenter à la communauté arménienne ses voeux pour cette année 2020.
N.N
_________________

Karanlık aydınlıktan, yalan gerçekten kaçar, Güneş yanlız olsada etrafa ışık saçar,üzülme doğruların kaderidir yanlızlık, kargalar sürüyle, kartallar yanlız uçar.


Back to top
mafilou
Administrateur
Administrateur

Offline

Joined: 04 Sep 2006
Posts: 14,968
Point(s): 45,117
Moyenne de points: 3.01

PostPosted: Thu 23 Jan 2020 - 03:07
PostPost subject: Fransa ve Ermeni Toplumu
Reply with quote

Sporet à Grenoble

Il y a eu aussi une très belle équipe de foot de l'U.G.A. à Grenoble de 1958 à 1961, l'aventure sportive Arménienne n'aura durer que 3 année car la majorité des joueurs fûrent appeler sous les drapeaux pendant la guerre d'Algérie. (Pierre Kuradjian)


_________________
Emeğe saygılı olun, alıntılarınızda link gösterin ...


Back to top
mafilou
Administrateur
Administrateur

Offline

Joined: 04 Sep 2006
Posts: 14,968
Point(s): 45,117
Moyenne de points: 3.01

PostPosted: Fri 24 Jan 2020 - 00:28
PostPost subject: Fransa ve Ermeni Toplumu
Reply with quote

 23 Ocak 2020

Fransa Ermeni dernekleri koordinasyon komitesi tarafından düzenlenen akşam yemeğine Macron da katılacak



Fransa Cumhurbaşkanı Emmanuel Macron Fransa Ermeni dernekleri koordinasyon komitesi tarafından her sene düzenlenen geleneksel akşam yemeği etkinliğine katılacak. 
Ermeni Devrimci Federasyonu (Taşnak Partisi) yönetim üyelerinden Murad Papazyan’ın aktardığı bilgilere göre bu sene artık gelenek haline gelen akşam yemeği etkinliği 29 Ocak tarihinde gerçekleşecek. 
Ayrıca, Ermeni dernekleri tarafından düzenlenen akşam yemeğinin onur misafirleri arasında ünlü Türk tarihçi Taner Akçam da yer alacak. 
 
Paris’teki l’Hôtel du Collectionneur otelinde düzenlenecek olan etkinlikte Fransa Cumhurbaşkanı Emmanuel Macron konuşma yapacak. 
Her sene düzenlenen bu etkinliğe genel olarak Fransa Cumhurbaşkanı, Paris Belediye Başkanı, Hükümet üyeleri, Parlamento milletvekilleri, Fransa devlet ve yerel yönetiminin temsilcileri, Fransa Ermeni derneklerinin yöneticileri ve Ermeni din adamları katılıyor. 
Macron 2019 yılında Ermeni dernekleri koordinasyon komitesi tarafından düzenlenen akşam yemeği sırasında 24 Nisan’ı Fransa’da Ermei Soykırımının anma günü olarak ilan etti. 


Kaynak:   Ermenihaber.am
_________________
Emeğe saygılı olun, alıntılarınızda link gösterin ...


Back to top
mafilou
Administrateur
Administrateur

Offline

Joined: 04 Sep 2006
Posts: 14,968
Point(s): 45,117
Moyenne de points: 3.01

PostPosted: Sun 2 Feb 2020 - 04:13
PostPost subject: Fransa ve Ermeni Toplumu
Reply with quote

Contre le communautarisme, Macron dénonce "les ingérences étrangères qui le nourrissent"

Par LEXPRESS.fr avec AFP ,publié le 30/01/2020 à 12:38

afp.com/Ludovic MARIN

Dans son discours devant la communauté arménienne, le président a visé notamment les agissements de la Turquie en France.
Emmanuel Macron redit son refus du communautarisme. Le président s'est engagé mercredi, devant la communauté arménienne, à "mettre fin à toutes les pratiques éducatives qui ne respecteraient pas les règles, les lois et les programmes de l'école de la République".
"J'aurai à m'exprimer dans quelques jours sur la lutte contre le communautarisme, le séparatisme dans l'État et les ingérences étrangères qui le nourrissent", a-t-il déclaré lors du dîner annuel du CCAF (Conseil de coordination des organisations arméniennes), son 3e depuis 2017.
"Les Français, quelle que soit leur origine, ne sont pas les ambassadeurs d'autres pays en France, ils sont tous enfants et représentants de la France", a-t-il lancé, après avoir été interpellé sur les agissements de la Turquie. "Non, l'école de la République ne sera pas le lieu où les identités s'affrontent". "Je serai sur ce point intraitable", a-t-il lancé, devant plusieurs centaines de membres de la communauté arménienne réunis dans un hôtel parisien.
La Turquie visée
Dans l'assemblée figuraient aussi de nombreux élus, dont la maire de Paris Anne Hidalgo et la présidence de la région Ile-de-France Valérie Pécresse, qui ont pris la parole, ou encore le ministre de l'Agriculture Didier Guillaume. François Hollande est passé brièvement.
Génocide arménien : le déni dynamité
Mourad Papazian et Ara Toranian, les deux coprésidents du CCAF, ont remis la médaille du courage à l'historien turc Taner Akçam, auteur d'Ordres de tuer (éditions du CNRS), ouvrage qui démontre l'authenticité des "télégrammes" ottomans ordonnant le génocide arménien et que les autorités turques considèrent comme des faux.
"Vous avez dénoncé le déni", a approuvé Emmanuel Macron, "c'est l'établissement scientifique d'une intentionnalité claire dans le crime organisé, permettant de faire le travail d'histoire, de mémoire et de justice. Vous avez sorti ce que certaines voulaient replonger dans l'oubli, le négationnisme". "C'est une pierre essentielle dans ce débat profondément politique avec les dirigeants turcs", a-t-il ajouté.
"On ne construit aucune grande histoire sur un mensonge, aucune politique sur un révisionnisme ou un négationnisme", a-t-il insisté en allusion à la Turquie, dénonçant "l'ombre portée d'une stratégie qui vise un nouvel expansionnisme en Méditerranée orientale, nier les crimes et vouloir retrouver la force du passé, un passé fantasmé, très largement".

https://www.lexpress.fr/actualite/
_________________
Emeğe saygılı olun, alıntılarınızda link gösterin ...


Back to top
mafilou
Administrateur
Administrateur

Offline

Joined: 04 Sep 2006
Posts: 14,968
Point(s): 45,117
Moyenne de points: 3.01

PostPosted: Sun 2 Feb 2020 - 04:48
PostPost subject: Fransa ve Ermeni Toplumu
Reply with quote

Macron’dan Ermeni Soykırımı açıklaması: Büyük bir tarih yalan üzerine inşa edilemez

• Guillaume Perrier
• Oca 31 2020 07:18 Gmt+3

Fransa Cumhurbaşkanı Emmanuel Macron, Fransız Ermeni örgütlerinin yemeğinde, "Büyük bir tarih yalan üzerine inşa edilemez, hiçbir politika revizyonizm (tarihi saptırma) ve inkar esasını temel alamaz" dedi.
Geçtiğimiz yıl gazeteci Hrant Dink’in yolundan giden Türk Ermeni HDP milletvekili Garo Paylan yemeğe davetliydi. Bu yıl da Dink’in yakın arkadaşlarından tarihçi Taner Akçam, Fransa Ermeni Derneklerinin Kordinasyon Konseyi’nin (CCAF) 7. Yıllık yemeğinin onur konuğuydu.
Etkinlik Fransa Cumhurbaşkanı Emmanuel Macron ile birlikte, medyadan ekonomiye, farklı yerel ve ulusal siyasi lidere dünyada önde gelen 500 civarında kişiyi biraraya getirdi. Clark Üniversitesi’nde Ermeni Çalışmaları’na başkanlık eden ve son kitabı ‘Öldürme Emirleri’ prestijli CNRS tarafından Fransızca’ya çevrilen, 1915 soykırımının ülkesinde tanınması için 30 yıldan fazla süre çalışan Akçam katılımcılar tarafından büyük alkış aldı.
Paris Belediye Başkanı Anne Hidalgo’nun konuşmasından sonra Fransa Cumhurbaşkanı Macron Türk tarihçiyi mücadelesi ve Türk devletinin inkar politikasına karşı çıkmasından dolayı övdü. Fransa devletinin başındaki isim Fransa’daki Ermeni toplumuna hitaben de, ‘Büyük bir tarih yalan üzerine inşa edilemez, hiçbir politika revizyonizm (tarihi saptırma) ve inkar esasını temel alamaz.’ dedi.
Taner Akçam, atmosferi belirleyen keskin ve tutkulu konuşmasında Batılı ülkeleri Türkiye ile çok sıkı fıkı olmakla eleştirdi:
‘Gerçekte inkar ile günümüz siyasi problemleri arasındaki bağlar güçlüdür ve basitçe gözardı edilemez. Bu durum çoğu Avrupalı ve Kuzey Amerikalı politikacıların anlamadığı bir şeydir ve Türkiye ile her zamanki gibi ilişkilerini sürdürürken Ermeni soykırımına inanıyor gibi yapmalarının sebebi de budur. Bu bana her Pazar ayinlere katıldıktan sonra, binadan çıkınca suç eylemlerine devam eden Mafya patronlarını anımsatıyor.’
Akçam konuşmasının devamında şunları söyledi:
"İnkar sadece geçmişe ideolojik bir bakış ile ilgili değil, aynı zamanda geçmiş olaylarla ilgili ahlaki inancın bir ifadesi olan tarihsel suçların tanınması talebinin de inkarıdır. İnkarcılık basitçe geçmiş vahşetlere indirgenemeyecek bir yapıdır. İnkarcı yapı günümüzde gerçek devlet politikaları üreten ve üretmeye de devam etmektedir. Bu bağlamda Türk inkarcılığını Güney Afrika’daki Apartheid (Irk ayrımcılığı) rejimi ile karşılaştırmak uygun ve makul olacaktır. Türkiye’nin selefi Osmanlı İmparatorluğu’nun suçlarını kabul etmesi, sadece kendi halkının değil birbiriyle değil, halkının bölgedeki diğer halklarla barış ve huzur içinde yaşayabilmesinin de ön koşuludur.
Primo Lévi’nin, ‘If this is a Man – Eğer bu insan ise’ adlı eserinde dediği gibi ‘Geçmişini unutanlar, onu yeniden yaşamaya mahkumdur."
Emmanuel Macron hemen mesajı aldı. Yunanistan Başbakanı ile toplantısında Akdeniz’de Türkiye’nin provokasyonlarını ve ateşkesi ihlal ederek Suriyeli paralı askerleri Libya’ya taşımasını kınadı. Cumhurbaşkanı Recep Tayyip Erdoğan’la ilişkileri özellikle son birkaç aydır gergin.



NATO’da beyin ölümü gerçekleştiği yönündeki açıklamalarından sonra Fransız lider Türk mevkidaşının hedefi haline geldi. Kasım ayının sonlarında yaptığı açıklamada Macron’a, ‘Beyin ölümü gerçekleşen sensin.’ dedi.
İnkara karşı mücadele sorununu çözmek için inkarı cezalandırma fikri yeniden masaya getirildi. Fransa 2001’de getirdiği bir yasa ile 1915 Ermeni Soykırımı’nı tanıdı ancak bu mücadele tam da Ermenilerin istediği şekilde sonuçlanmadı. İstedikleri yönde bir yasa çıkarma girişimleri 2008 ve 2011’de başarısız oldu.
Sonunda 2016’da Milli Meclis ve Senato tarafından bir metin kabul edildi ancak bu kez de Anayasa Mahkemesi tarafından sansürlendi. Fransa Ermenileri bu kararı kabul etmedi ve Ermeni örgütler yeni bir yasa süreci için kampanyalar başlattılar. Emmanuel Macron, ‘Değerlerinizi ve çabalarınızı paylaşıyorum, oraya ulaşmak için doğru yasal yol bulunacaktır.’ dedi.




________________________________________
© Ahval Türkçe http://ahval.co/tr-72845
_________________
Emeğe saygılı olun, alıntılarınızda link gösterin ...


Back to top
mafilou
Administrateur
Administrateur

Offline

Joined: 04 Sep 2006
Posts: 14,968
Point(s): 45,117
Moyenne de points: 3.01

PostPosted: Thu 6 Feb 2020 - 01:20
PostPost subject: Fransa ve Ermeni Toplumu
Reply with quote

La candidate LR à Marseille, Martine Vassal, arménienne, menacée de mort porte plainte.

https://www.lefigaro.fr/

Municipales à Marseille : une femme interpellée avec un couteau, la candidate LR Martine Vassal porte plainte
La présidente du département et de la métropole a été menacée de mort en marge d'une rencontre avec les habitants des 4ème et 5ème arrondissements.

Par Arthur Berdah
le 5.02.2020


Martine Vassal à Marseille, le 3 mars 2016. Moura/ANDBZ/ABACAPRESS.COM

La violence n'en finit pas de gangrener la campagne des municipales. En pleine rencontre avec les habitants des 4ème et 5ème arrondissements de Marseille, à qui elle présentait mardi matin sa tête de liste dans le secteur, la candidate LR aux municipales, Martine Vassal, a été interrompue par une manifestation.
Alors qu'elle s'apprêtait à poser pour une photo à l'extérieur du bar où elle se trouvait, l'élue a été interpellée par une quinzaine de personnes qui scandaient «Un toit pour tous» ou encore «Vassal hors la loi». Voyant «la tension monter d'un cran», elle a finalement décidé de retourner se réfugier à l'intérieur.

La deuxième plainte de Vassal dans cette campagne
C'est à ce moment-là que la présidente de la métropole et du département a entendu «On aura ta peau» et «On va te crever». Ces menaces l'ont poussée à appeler immédiatement la police, qui a notamment interpellé et placé en garde à vue une femme qui tenait un couteau de poche Opinel - lame non déployée - à la main.
Selon nos informations, Martine Vassal a décidé de porter plainte pour menaces de mort à la suite de cet incident. Il s'agit de sa deuxième plainte dans cette campagne municipale : elle en avait déjà déposé une première fin novembre, après avoir découvert son domicile recouvert de tags diffamatoires.
 
_________________
Emeğe saygılı olun, alıntılarınızda link gösterin ...


Back to top
hwjer
Modérateur
Modérateur

Online

Joined: 01 Sep 2006
Posts: 379
team-aow.discuforum.
Point(s): 1,435
Moyenne de points: 3.79

PostPosted: Mon 10 Feb 2020 - 18:22
PostPost subject: Fransa ve Ermeni Toplumu
Reply with quote

Pour Décines, ma ville.
Via Arpig-Rose Baravian

En préambule, je dirais que je me sens bien dans ma ville de Décines.
Je suis française à 100% et arménienne à 100% 😉. Depuis que j'y suis installée, adolescente, cette ville m’a permis de vivre pleinement ma double culture et d'exprimer mon arménité.
Dans les années 20, les Arméniens, fuyant les atrocités du génocide, sont arrivés massivement en France. Ils se sont installés dans la vallée du Rhône et dans la région lyonnaise, plus particulièrement à Décines. Siège d'usines qui employaient les nombreux réfugiés, comme l'usine de la Soie, Décines est devenue un refuge, une nouvelle patrie. Et finalement, les Arméniens, avant même d'être Français, étaient Décinois.
Et c'est ainsi que, grâce aux différentes municipalités qui se sont succédées, toutes bienveillantes à l'égard de cette communauté, les Arméniens ont fondé là " la petite Arménie", située dans le quartier arménien, organisé autour de la rue du 24 avril 1915, avec ses églises apostolique et évangélique, son monument, érigé place de la Libération, en mémoire des victimes du génocide, sa Maison de la Culture, le Centre National de la Mémoire mais aussi Radio Arménie implantée un peu plus loin et plus loin encore l’aide en Arménie et en Artsakh.
Tout ceci m'a permis d'être qui je suis aujourd'hui, une femme citoyenne, bien dans sa ville de Décines, heureuse et fière.
Si je cultive et plébiscite ce bien vivre dans cette ville tournée vers l’avenir, c’est parce qu’elle propose aux grands comme aux petits des services adaptés, des offres de soins pour tous mais aussi des services de toutes sortes pour les aînés.
En outre, il faut reconnaître que Décines a un cadre de vie exceptionnel avec ses espaces verts, les berges du canal de Jonage qui traverse Décines, prisé par l’ensemble de l’agglomération lyonnaise.
Et puis, pour un confort supplémentaire et au-delà des commerces existants, j'ai été ravie de la création, tout récemment, de la Halle polyvalente, située dans l'ancien garage municipal, laissé à l’abandon pendant des années. Cette halle permet aux agriculteurs et producteurs locaux de vendre leurs produits. On peut même s'y restaurer. Il suffit de tendre l’oreille pour entendre les réactions des clients mais aussi des commerçants qui sont unanimes : la Nouvelle Halle plaît ! Quant à l'animation, il y en a pour tous les goûts avec la fête de la musique, les brocantes, la fête de Noël, les journées sportives, le carnaval, etc. Tous ces événements font de cette ville une ville vivante.
Il y a un point crucial, que j'aime à souligner et que j'apprécie vraiment, c’est l’efficacité de la police municipale. Elle a réussi à stopper les pétarades des cyclomoteurs et à chasser les dealers grâce à des équipements de sécurité ultra modernes.
Et pour tout ça, je me dis qu'il fait bon vivre à Décines grâce à une équipe municipale jeune dont la mentalité me rassure !
Il y a les points négatifs cependant à souligner :
-1 Le Groupama Stadium, stade d'une capacité d’accueil de 60 OOO places, accueille également des concerts avec des vedettes de renommée internationale. Le stade, depuis sa création, ne fait pas l’unanimité à cause des nuisances sonores, des jours d’entraînement, des rues bloquées les soirs de matchs ou de concerts .
-2 Le tram T3 souvent saturé le matin…Mais, bonne nouvelle, le Sytral annonce à l’automne 4 rames supplémentaires bien plus longues.
Et malgré ces points, je continue de penser qu'il fait bon vivre à Décines.



_________________


Back to top
Visit poster’s website
Display posts from previous:   
Armenian on web Forum Index -> News et articles - Լուրեր, Յօդուածներ - Haber ve makaleler -> Diaspora arménien - Սփիւռք - Ermeni diasporası All times are GMT + 1 Hour
Post new topic   Reply to topic Goto page: <  1, 2, 3, 4, 5, 6, 7
Page 7 of 7
Jump to:  

 



Portal | Index | Create a forum | Free support forum | Free forums directory | Report a violation | Cookies | Charte | Conditions générales d'utilisation
phpBB
Template by BMan1